4shared

L’ambiance

Définition : Ambiance vient de l’italien « ambiante » qui signifie environnement, ce qu’il y a autour, milieu de vie.

Ce mot a une réalité et une importance dans la pédagogie montessorienne, si bien qu’il a fini par devenir un concept. Il devient peu à peu le synonyme de classe avec toutefois une connotation particulière.

L’ambiance correspond à l’espace qui entoure une chose, un espace, un être vivant.

C’est un ensemble de conditions diverses et variées sur un plan psychologique et culturel… dans lequel un être vivant va se développer et évoluer.

Plus concrètement pour les enfants l’ambiance constitue un espace vital et représente un ensemble de stimuli qui vont agir sur un organisme, un être vivant dès l’instant de sa naissance jusqu’à sa mort.

A travers l’ambiance l’enfant va agir de l’intérieur vers l’extérieur, l’environnement fait grandir l’enfant de l’intérieur.

D’où l’hypothèse de Maria Montessori : tout être vivant qui trouve un environnement favorable peut se développer « normalement ». (mot à entendre suivant la pédagogie montessorienne).

 

D’où quelques questions :

  • quel est l’environnement favorable pour que les enfants de 3-6ans puissent se développer ?
  • quelles sont les caractéristiques de cet environnement ?

1. Les caractéristiques de l’ambiance :

  • l’ambiance doit être une ambiance de vie, qui doit permettre la vie. Elle doit donc correspondre aux besoins des différentes périodes sensibles de l’enfant. Et pour ce faire l’ambiance doit toujours être ordonnée, permettre le mouvement, élaboration du langage, le développement du sensoriel, et du sens social.

 

  • L’ambiance doit pouvoir répondre à deux objectifs :
  • Aide-moi à faire par moi-même, le travail pour atteindre cet objectif est basé sur le savoir-faire et la confiance en soi. L’ambiance se doit de favoriser l’indépendance. L’éducateur dans l’aménagement de son environnement et au matériel proposé, aide l’enfant dans la construction de son indépendance. Le matériel est proportionné et adapté à la taille et à la force de l’enfant, tout comme le mobilier. Ce matériel va offrir à l’enfant la possibilité d’exercer des mouvements qui vont le conduire à l’indépendance. Dans l’ambiance il fait seul et a des gestes autonomes. L’éducateur est là pour offrir des gestes simples, nets et précis à l’enfant. Ces gestes vont permettre à l’enfant de s’organiser dans la vie, d’acquérir des gestes propres à son groupe social. D’où la réelle importance des activités de la vie pratique. Ces activités doivent être adaptées au pays, région dans laquelle se trouve la Maison des enfants. Les exercices de vie pratique travaillent sur un double niveau l’autonomie et l’indépendance.
  • Aide moi à être moi-même, le travail pour atteindre cet objectif est basé sur le savoir être et l’estime de soi. L’enfant va pouvoir choisir son travail selon son envie et son intérêt. Ce libre choix n’est pas initial et n’apparaît que progressivement, il est sur le chemin de la liberté intérieur de l’enfant. Pour être à même de choisir il faut être construit et avoir la capacité de faire des choix.

 

Le contrôle de l’erreur joue sur ces deux objectifs. Vu que l’ambiance est principalement composée de couleurs claires, elle est dénonciatrice de l’erreur. Les activités ne passent pas par le regard de l’adulte, c’est l’enfant de lui-même qui rectifie ces erreurs, peu à peu au travers de ces contrôles quelque chose va se préciser dans le développement corporel et psychique de l’enfant.

Un des plus grands facteurs de l’indépendance pour Maria Montessori c’est justement cette capacité qu’à l’enfant à faire cette auto-évaluation et d’accepter que l’on puisse se tromper.

Lorsque l’éducateur va structurer son ambiance il lui faut respecter 3 qualités :

  1. ambiance claire,
  2. ambiance fragile,
  3. ambiance légère.

De part ces 3 points l’ambiance est dénonciatrice de l’erreur. L’enfant prend conscience de ces erreurs à ce moment là.

 2. L’attitude de l’éducateur

L’attitude de l’éducateur fait également partie du soin de l’ambiance. Son attitude est donc très importante, puisque c’est par son attitude que la notion d’indépendance va pouvoir se construire.

L’éducateur doit toujours savoir garder un œil sur lui afin de savoir parler aux enfants. L’importance du vocabulaire employé est alors non négligeable. Tout ce que dit et fait l’éducateur doit être en cohérence avec le projet pédagogique et lui-même.

La notion des valeurs que ce donne l’équipe pédagogique est primordiale. L’éducateur est porteur de valeurs. Il doit savoir les faire passer et savoir jusqu’où il peut aller pour les défendre. Le travail d’équipe est tout aussi primordial.

La présentation physique, la tenue corporelle et vestimentaire revêtent leur importance.

L’éducateur doit être cohérent dans la présentation du matériel et doit autoriser l’enfant à utiliser le matériel présenté sans limite. Dire à l’enfant qu’il peut utiliser ce matériel autant de fois qu’il veut et quand il le veut, est une façon de lui dire que le matériel lui appartient et qu’il est à sa disposition.

Le facteur temps joue aussi son importance. Il faut que l’enfant sache qu’il a le temps, l’éducateur doit savoir laisser le temps à l’enfant pour accomplir son travail. C’est dans le temps que l’enfant se construit.

3. l’ambiance doit permettre à l’enfant de faire une activité qui a un but.

Pour attirer l’enfant à l’activité il faut savoir susciter en lui un intérêt certain pour telle ou telle activité.

L’éducateur doit tenir son ambiance propre, lui donner un caractère esthétique, veiller à ce que le matériel soit complet, propre, en état de fonctionnement.

Plus l’ambiance sera soignée, étudiée plus l’enfant sera à même de travailler, de s’intéresser. Tenir son ambiance propre et fonctionnelle est une marque notoire de respect envers l’enfant. On se rend compte à la tenue de l’ambiance comment l’éducateur considère les enfants et comment il se voit, se respecte.

 

N.B : tout le matériel n’est pas d’emblé à la disposition des enfants. On peut également mettre à disposition des enfants quelques jouets collectifs, jeux que l’on va retirer progressivement tout au long de l’année.

 

Les jouets : la pédagogie montessorienne n’est pas contre. L’ambiance peut être dotée de quelques jouets, jeux. Cela dit Maria Montessori s’est rendue compte à Saint Lorenzo, que les enfants étaient plus attirés par le matériel que par les jouets, c’est pourquoi elle les a enlevés et jamais réintroduit.

Cela ne veut pas dire que Maria Montessori ne préconise pas les jouets dans le développement de l’enfant, il ne faut pas dogmatiser ses idées. Si l’éducateur introduit des jouets dans son ambiance cela implique que l’enfant aura une présentation de ce jouet tout comme pour le matériel de vie pratique.

Aujourd’hui on sait que le jeu tout comme le travail a sa place dans la construction de l’enfant. Si un des deux ou les deux manquent cela crée des carences dans le processus de développement de l’enfant.

 

Il y a différents types de jouets :

  • jeux, jouets éducatifs, ils sont tel un travail mais n’agissent pas de la même façon, n’ont pas le même impact sur le développement de l’enfant, comme le travail proposé dans la Maison des enfants.
  • Jeux, jouets tels que les poupées, les petites voitures…. Ces jeux permettent autre chose, par exemple d’intégrer les modèles de la société autour des identifications. Dans ce cas-là nous ne sommes plus du côté cognitif mais du côté de l’intériorisation des modèles.

 

 

N.B : dans les ambiances on peut trouver du matériel éducatif tel que des puzzles.

Le matériel de vie pratique n’est pas exhaustif, c’est juste un point de départ.

Lorsque la Maison des enfants reçoit un enfant handicapé, il est important de ne pas adapter l’environnement à son handicap et de le laisser dans sa tranche d’âge.

Le cadre de la Maison des enfants dans sa répartition d’âge est rigide, on ne peut pas accepter un enfant dans sa 4ème année dans une ambiance de 0-3ans, puisque l’enfant n’est plus dans les mêmes périodes sensibles.